Cruet centre village

Programme : 50 logements libres, commerces de proximité, équipement communal
Architecte : exndo architectures (en association avec pateyarchitectes)
Maitre d’ouvrage : CAN
Bet : cet – ibse
Localisation : cruet (73)
Consultation : 2011

Bien qu’estimé «hors commande», nous avons jugé déterminant d’élargir le périmètre d’étude, afin de reconsolider les «poches de vies» existantes, et de proposer une nouvelle orientation pour le développement rural de ce village, qui ne doit pas se tromper d’ambition. Ce projet illustre le militantisme d’exNdo. Autour du «promoteur-producteur» CAN, et en association avec Christian Patey architectes, il nous est demandé de doter Cruet de son «éco-quartier».

L’univers rural complexerait-il de son «profil environnemental» ?
Etait-il nécessaire pour autant de s’armer d’un cahier des charges paysager, architectural, urbain et environnemental, digne de la Confluence lyonnaise, pour faire de ce charmant village rural un village contemporain, alors que les clés de lecture mêmes n’ont pas été perçues? Pourquoi donc vouloir construire sur l’actuel terrain de foot, alors que l’Eglise et l’ancienne mairie n’attendent qu’une chose, c’est qu’un bistrot, une boulangerie, et quelques logements viennent se frotter contre eux et que les anciens se posent à la terrasse pour regarder les vélos qui montent le col, et les enfants qui vont bientôt sortir en récréation ? Les urbanistes ont-ils regardé avant de régler les hauteurs sur voies et autres retraits comment les gens cultivaient leur jardin, ou comment les ruelles amenaient à la proximité des gens ? Ont-ils saisi qu’un banc et un noyer avaient plus d’importance en ces lieux que n’importe quel «alignement obligatoire» qui ne tient de rien ? De l’Histoire nous avons peur, comme si elle était née d’un soir? L’Histoire n’est-elle pas une succession  archaïque de novations ? De la Nature nous fuyons. Sa beauté ne doit pas nous éloigner d’elle, mais bien au contraire nous amener à la comprendre. La respecter est une chose ; cohabiter avec elle est autorisé. On ne veut pas de lotissement, alors on invoque le sacro saint «éco-quartier» qui donne l’impression de transformer «résidentiel» en «durable» ou «animé».

Quel héritage laissons-nous aujourd’hui? Que retiendrons-nous de ces années 2000-2015 dans l’Histoire de l’architecture? Une quête d’auto-justification, certes nécessaire pour une avancée structurelle, mais ô combien couteuse si nous ne veillons pas à nous questionner sur le sens de nos actions.

Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google